Un monorail nommé désir

La réplique aux problèmes quotidiens d’acheminement des Lorrains vers le Luxembourg, pourrait passer par une solution originale. Le maire de Woippy a soumis l’idée à son collègue président de la Région Grand Est, Jean Rottner, d’un monorail du groupe chinois BYD.

Le maire de Woippy cultive une posture à l’avant-garde de la mobilité. Cédric Gouth a sorti de sa manche un projet de transport en commun pour le sillon mosellan, alors qu’il recevait le président de la région Grand Est, Jean Rottner. Il a tenté de le convaincre de contribuer au financement de cette opération baptisée SkyRail. Ce train aérien conçu par le groupe chinois BYD est déjà opérationnel en Chine, mais également à Salvador de Bahia au Brésil, où il roule en mode automatique entre le centre de la mégalopole et la ville de Simoes Filho. Comment est-il arrivé à Woippy ? L’un des collaborateurs de Cédric Gouth à la mairie de Woippy connaît un Amnévillois qui travaille sur le campus technologique de BYD. Cet ingénieur a invité un émissaire woippycien à découvrir les activités de BYD. De ce voyage, il a rapporté la maquette du SkyRail comme une idée propre à  décongestionner l’axe Metz-Luxembourg. La proposition consiste proposer en la construction d’un monorail qui relierait le Nord messin au Grand-duché, en passant non pas à côté, mais sur l’A31. Ce train hors normes perché à une dizaine de mètres de hauteur sur des piles en béton trouverait à se loger entre les glissières de sécurité. L’emprise au sol de chaque pilier n’est que de deux mètres carrés. L’infrastructure serait donc économe en foncier.

La proposition n’est finalement pas si nouvelle que cela dans son principe. La regrettée Maire de Thionville, Anne Grommerch, avait confié à “C’est Demain“ qu’elle caressait un tel dessein pour aller de Thionville à Luxembourg-Ville en utilisant l’emprise autoroutière. Par ailleurs depuis 1901, circule plutôt avec succès un monorail, suspendu celui-là, à Wuppertal, ville de la Ruhr où la densité de population est équivalente à celle de l’Inde ! Ledit « Schwebebahn“ (train suspendu) serpente sur plus de treize kilomètres au dessus des artères, des habitations et même de la Wupper, rivière qui irrigue la cité. Chaque jour plus de 80 000 personnes empruntent ce mode de transport qui met trente minutes à effectuer son circuit ponctué de vingt stations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *