Plant Advanced Technologies, Laronxe. Des explorateurs dans le Lunévillois

Ancrée depuis bientôt dix ans dans le Lunévillois, l’entreprise Plant Advanced Technologies, spécialisée dans les biotechnologies végétales, y a implanté une serre qui fait partie intégrante de son développement. Le site est dédié aux plantes à traire.

En septembre 2009, un phénomène climatique violent détruisait la serre de l’entreprise PAT, à Dombasle, près de Nancy. Il fut donc nécessaire de trouver un lieu d’hébergement pour faire perdurer l’activité. Ce fut à Laronxe, chez Bernard Meyer, horticulteur. Jean-Paul Fèvre, président directeur général de PAT, décrit la suite : « En 2013, notre croissance a demandé une plus grande serre. Nous l’avons trouvé à 200 mètres de la précédente. Nous disposons à présent de 6 hectares dont 4 pour la serre en elle-même. »Pendant quatre ans, la structure évolue : restauration des toitures, investissement de 2 à 3 millions d’euros. À l’image d’un succès sans accroc depuis le lancement de la société en 2005.

La serre et le laboratoire de Laronxe sont réservés à la culture des plantes à traire. Jean-Paul Fèvre explique ce procédé innovant et à très haute valeur environnementale : « Il s’agit d’une méthode d’extraction de principes actifs naturels issus des racines de plantes cultivées hors sol. On peut ainsi stimuler la production et récolter les substances naturelles sans endommager la plante. La saison s’étend du printemps à octobre/novembre. » Le procédé est bio, sans pesticides.

Plusieurs fois récompensée en tant qu’entreprise innovante, Plant Advanced Technologies poursuit son essor sur les marchés de la cosmétique, de la pharmaceutique et de l’agrochimie. Jean-Paul Fèvre note : « Moins de la moitié des 450 000 espèces de plantes recensées sur la planète sont exploitées. Nous sommes des explorateurs de la diversité chimique des végétaux. » PAT dispose d’une trentaine de principes actifs, regroupe une cinquantaine de collaborateurs, va initier une filiale entièrement consacrée aux anti-inflammatoires, avant, dans les mois à venir, d’ouvrir une autre serre à La Réunion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *